2012 - Plus Jamais comme en Février 1960

Traducteur Google

French English German Italian Portuguese Russian Spanish

Qui est en ligne ?

Nous avons 136136 invités et aucun membre en ligne

Statistiques

OS
Linux d
PHP
5.3.27
MySQLi
5.1.49
Temps
08:57
Mise en cache
Désactivé
GZip
Désactivé
Visiteurs
238
Articles
76
Compteur d'affichages des articles
75807

Derniers inscrits

  • janou
  • arlette13
  • nath13
  • isabelle
  • EVELYNE BOYER
Boite à outils

Invitation

J’ai le plaisir de vous adresser cette invitation afin de nous honorer par votre présence et votre contribution lors des activités prévues ce 29.02.2012.

L’association IZORANE, en partenariat avec la commune d’Agadir, la wilaya et la Région.smd a l’ambition de participer en tant que représentante de la société civile à l’effort de préserver et de sauvegarder « ce qui nous reste comme repères collectifs » de la cité après le séisme et la phase de la Reconstruction ( 1960- 1973)

Nous affirmons que l’expertise et la maîtrise des procédures et de mécanismes de sauvegarde du Patrimoine sous forme d’édifices, nous font encore défaut. Aussi, nous avons voulu lors de cette commémoration profiter de l’évènement pour alerter les autorités, les élus et les autres intervenants sur l’urgence de la mise en application des procédures et des textes juridiques garantissant la sauvegarde des immeubles et les places publiques d’une ville  sujette à une forte pression de spéculation immobilière.

Nous comptons sur votre apport lors d’une conférence pour sensibiliser les gadiris et les élus locaux sur l’impératif de garder les symboles de leur « mémoire collective ».

Veuillez accepter Monsieur, nos salutations les plus distinguées.

Signature :Président IZORANEs

BAJALAT Mohammed

izorane_n-agadir_asso-forum_logo_500

 

 

Projet de commémoration du 29.02.1960 - 29.02.2012

Thème :

«  Plus Jamais comme en Février 1960 »

La nuit du 29 Février 1960, Notre ville a été frappée par le plus meurtrier des séismes que le Royaume aitconnu Des milliers de victimes, dont plus de 16.000 morts sont à déplorer, des orphelins, des veuves et des milliers de blessés…

Une cité soudainement et entièrement détruite dans ses structures matérielles et humaines…

Des vies et des espoirs brutalement brisés…

Grâce à la volonté Royale, à la passion et à la patience de ses rescapés, et aussi à la solidarité nationale et internationale qui ont prévalu à l’époque, Agadir estredevenue la ville de la « Renaissance », un joyau de modernité au centre du Maroc, capitale régionale dynamique forgée par le labeur de ses anciens et nouveaux habitants, dans une extraordinaire cohabitation séculaire entre les communautés, les cultures et les religions.

Le forum « IZORANEs n’Agadir », détenteur légitime du leg des anciens, soucieux du devoir de rappeltient à commémorer cet événementpénible d’abord, en hommage à nos disparus, en acte de reconnaissance envers ceux qui ont soutenu cette cité dans les moments de sa tragédie et de sa reconstruction, mais aussi, par l’impératif de demeurer vigilants et prévenants face aux aléas de la nature, en l’occurrencele séisme.

IZORANES, en tant que composante active de la société civile de Notre ville, et au vu de la "frénésie des constructions" ces derniers temps, exprime, en cet anniversaire, son inquiétude : Agadir, a connu une forte expansion en bâtiments et une croissance continue en population, toutefois, la majorité de ses nouveaux habitants ignorent -à tort - dans leur quotidien et dans leurs projets ; que nous sommes dans une « zone hautement à risques » !!!

Quelles sont les précautions prises par les concernés, les autorités et les citoyens d’Agadir en général ?

Disposons-nous de dispositifs d’urgence en cas de secousses telluriques ?

Avons-nous prévu une hospitalisation massive d’urgence ?

Des centres d’accueil ou d’évacuation de détresse collective ?

Aussi, nous lançons un appel solonnel aux responsables et à nos concitoyens de ne point ignorer ou sous-estimer que nous vivons dans une cité ou le destin peut frapper à n’importe quel moment, et, nous ne voulons plus vivre les mêmes drames que nos précédents en 1960.

 

Le billet du Président :

L’association IZORANE, en partenariat avec la commune d’Agadir, la Wilaya et la Région.smd a l’ambition de participer en tant que représentante de la société civile à saisir   l’occasion de

la commémoration du 13ème 29 février 1960  à jouer un rôle pédagogique d’information et de devoir de rappel, à l’égard de la population du Grand Agadir, sur les dangers encourus par ceux qui ont oublié que le site de cette ville se trouve sur une zone classée par les experts géologiques comme « hautement risqué ».

 

La décision royale en Juin 1960 de reconstruire Agadir est assujettie à la condition de changer le site de la ville à rebâtir…de s’éloigner des hauteurs surplombant Agadir.

Au fil du temps, surtout vers la fin des années soixante-dix, avec le boom immobilier, on a commencé à transgresser cette règle y compris par les organismes publiques…

Cette entorse à la loi va s’accentuer avec le phénomène désigné abusivement  « habitat clandestin !!! »durant  la dernière décennie avant d’exploser pendant le « printemps  arabe »…

Qui est responsable ?

De prime bord, c’est l’Etat détenteur d’un pouvoir régalien d’une part qui aurait pu anticiper en empêchant les fraudeurs et les spéculateurs, et d’autre part, l’échec flagrant de la politique dite du « logement social » qui demeurent inaccessible aux petites gens par son prix et son modèle de logement inadéquat à notre mode de vie et à notre culture…

Comment peut-on accepter de construire des « barres » au Hay Mohammadi en 2000 au moment, ou ailleurs, le logement massif en « barres » a démontré ses limites et ses échecs sociaux et psychologiques des groupes concernés !!!

Nous affirmons pour la circonstance que l’approche sécuritaire adoptée n’est pas totalement efficace. C’est une vision globale et intégrée du phénomène qui s’impose, avec plus de proximité d’accompagnement des élus et des autorités, d’implication des concernés et de transparence dans la gestion de cette épineuse problématique.

 

Enfin, pour nous à IZORANEs, le plus important est au-delà des questions du respect de la légalité, il s’agit pour nous, qui sommes marqués par les traumatismes de la tragédie du 29 février 1960 d’éviter que des victimes innocentes tombent à nouveau lors d’une secousse tellurique : Un autre drame collectif serait suicidaire pour la ville toute entière et dans toutes ses composantes  sur une longue durée !!!

Elle aura plus de difficulté, que pendant les années soixante, à se refaire dans environnement mondial ou le capital est devenu plus frileux et plus sélectif à cause de la mondialisation et les aléas de la conjoncture économique internationale.

Concluons donc par : «  Plus jamais comme en février 1960 » !


Programme de commémoration

( en partenariat avec La Commune Urbaine d’Agadir et la Wilaya d’Agadir)


29.02.2012 :

 

 

15h : Hommage à nos disparus :

prières collectives aux cimetières d’Ihchach

en présence d’Imam, curé et rabbin afin de préserver le

symbole de la Tolérance qui a toujours marquée les différentes

communautés de cette ville..

 

16 h : Pose de la pierre inaugurale des travaux d’aménagement de « Igui-Lbod »

Une restitution qui va permettre d’avoir un espace de recueillement et

de piété à l’égard de nos morts, mais aussi un espace des activités de:

commémoration nationale (exp : célébration de la journée des Combattants)

 

16h30 :Pose de la pierre du chantier de « Parc botanique-Mémorial » de

Talbordjt = « Taghult n’Talbordjt takdimte »

Projet municipal ayant pour but de rendre hommage matérialisé aux victimes

du séisme de 1960 et de créer un jardin botanique des espèces endémiques de

larégion et d’ailleurs en tant qu’espace de recueillement et de récréation.

 

18h:Inauguration de la campagne de sensibilisation sur les risques et aléas

dessecousses telluriques par des panneaux 4X3.

 

18h30 :«Cérémonial de bougies » au pied du« Mur de Souvenir »

dédié aux âmes des disparus enface de l’Hôtel de ville

avec la participation des rescapés et des associations locales.

 

19h 30 : «Le lâcher des lanternes-papillons » en hommage aux âmes des disparus.

avec la participation des 160 élèves des établissements du MEN et des

enfants  joueurs du  « Tournoi Ramadan-Izoranes »  2012.

01.03.2012 :

 

10h :Conférence : « Sauvegarde et valorisation du patrimoine architectural »

Sousle thème : Patrimoine : réponses à quelques questions »

Par M.Hassan CHERRADI, expert du ministère de la culture, inspecteur

des monuments historiques et des sites – région de Casablanca .

Salle de conférence  au Musée Municipal.

 

15h :Inauguration de l’Exposition photos d’Agadir avant, durant et après séisme

Un aperçu sur la modernité de la ville avant le séisme,

Sur l’ampleur de la tragédie et l’espoir avec Agadir de la « Renaissance ».

Place Sidi Mohamed et espace Exposition - Olhao.

 

17h: Inauguration de plaque- épitaphe à «la fosse commune » à Bensergao.

A la mémoire des milliers de victimes inhumés ensemble en 1960.

 

19h  :Visite collective de l’exposition collective des « plasticiens Tarwa OGadir »

Par Chantal Ballester (Mme tronquit) & Abdallah Aouriq

Hommage aux enfants rescapés du séisme – Salle jeunesse & sport.

 

20h« Chansons-hymne »à la gloire d’Agadir

Hymne en hommage aux martyrs .

 

 

20h30 : Projection du documentaire « Enfants du séisme d’Agadir » à Rialto

De Hassan El-Bouharouti.

Documentaire émouvant sur les enfants d’Agadir récupérés par des familles

Belges au lendemain du séisme de 1960.