Eloge funèbre à son Papa

Traducteur Google

French English German Italian Portuguese Russian Spanish

Qui est en ligne ?

Nous avons 135885 invités et aucun membre en ligne

Statistiques

OS
Linux d
PHP
5.3.27
MySQLi
5.1.49
Temps
15:47
Mise en cache
Désactivé
GZip
Désactivé
Visiteurs
238
Articles
76
Compteur d'affichages des articles
75746

Derniers inscrits

  • janou
  • arlette13
  • nath13
  • isabelle
  • EVELYNE BOYER
Boite à outils

prononcé par Anne-Marie GUYOMARD aux obsèques

Papa était un grand homme.  Il a eu un très beau parcours militaire, professionnel et personnel.  C’était un homme très intelligent, très énergique qui aimait rassembler les gens… Il avait aussi beaucoup d’humour.  Il avait de nombreux dons : il avait aimé dessiner, peindre, chanter.  Il adorait la musique, toutes les musiques du monde, et nous a transmis ce goût pour la musique…  Il aimait danser et faire la fête…  Quand il était encore en bonne santé. 

Il avait quitté son village breton des Côtes d’Armor à l’âge de 17 ans pour rejoindre la Résistance afin de sauver la France.  Puis ce fut la guerre d’Indochine.  Il est rentré de la guerre avec le sentiment du devoir accompli mais très marqué pour le reste de sa vie…  Je pourrais dire même « traumatisé » par les atrocités de la guerre.  Depuis une trentaine d’année, c’était son sujet de discussion préféré. 

Guyomard Louis alias Deniel

Au sortir de la guerre il a rejoint Paris.  Il a rencontré Jacqueline, sa future épouse, notre maman.  Ils sont partis vivre en Afrique noire, au Cameroun et en Côte d’Ivoire.  Papa était directeur d’une exploitation forestière.

A leur retour sur Paris, il eut la chance d’être embauché à « Viniprix », une société bien connue à Paris, où il a fait toute sa carrière professionnelle.  Il est rentré comme contremaître et finit sa carrière comme directeur générale et administrateur.  Papa était très autoritaire et avait un grand sens du commandement.  Il était très apprécié de ses collaborateurs.  Son patron, Monsieur BERTHAULT, lui a proposé en 1953 de devenir le directeur d’une exploitation agricole dans la vallée du Souss au Maroc. 

Il a vécu dans ce magnifique pays pendant 14 ans avec sa femme et ses enfants.  Il a eu une vie extraordinaire là-bas.

En 1960, au lendemain du tremblement d’Agadir, il a participé aux opérations de sauvetage et à la reconstruction de la ville.  Très actif, il a pris beaucoup d’initiatives pour venir en aide à la population d’Agadir qui était très éprouvée.  En 1967, les terres sur lesquelles nous vivions ayant été reprises par Sa Majesté Le Roi du Maroc, nous sommes rentrés en France.

A son retour à Paris, il avait obtenu une promotion : il était directeur des achats de vin.  Plus tard, il participa à la création d’ « EuroMarché ».  Il connut de nouveau un grand traumatisme lorsque « Viniprix » fut racheté par des grandes banques.  Il perdit ses prérogatives de dirigeant et en fut très choqué.  S’ensuivit une période de dépression importante.  A l’époque nous vivions à Lésigny en Seine et Marne…  Nous habitions dans un village de style américain. 

A cette époque-là, il créa l’association « Le Lien des Anciens d’Agadir et du Souss ».  Elle est présidée par Alexandre KALADGEW, un ami de Papa qui continue son œuvre dans le même esprit.  En 1983, il alla s’installer avec Maman dans le Var, à la « Moutonne » très exactement, où il y a vécu jusqu’à mai 2011, date à laquelle il partit pour vivre en maison de retraite à Beaurecueil près d’Aix-en-Provence.  Depuis plusieurs années il était atteint d’une maladie qui le rendait très difficile à vivre, très irascible… 

Mais dans son isolement, ses dernières années, il avait eu la chance d’avoir du réconfort et d’être soutenu par des gens merveilleux qui, dans leur générosité, l’ont aidé à supporter sa solitude : Je veux parler de Monsieur Layachi LAHMI, son homme de compagnie qui est resté 4 ans à son service, le servant et le réconfortant comme un fils.

Je veux aussi exprimer ma gratitude au Colonel Claude CHATON et à son épouse qui lui ont été d’une grande aide dans de nombreux domaines, lui rendant visite très souvent.

Je veux aussi remercier du fond du cœur Véronique et Dominique, les deux Dames de compagnie de  « Beaurecueil » qui l’ont « chouchouté » et réconforté avec une grande affection…  Ainsi que le personnel médical de Beaurecueil et Marie-Louise qui lui donnait la communion tous les dimanches.

Je remercie aussi tous ceux qui l’ont approché ces dernières années et tenté de lui apporter du réconfort…  Et de l’amitié.

Guyomard Louis

Mais sa maladie de la tête s’aggravait et il était de plus en plus tourmenté… Aujourd’hui il est enfin libéré de ses tourments et j’espère qu’il va reposer en paix.

Malgré une fin de vie très pénible, Louis a eu une vie bien remplie.  Il allait avoir 90 ans.

Priez pour le repos de son âme…