David Max Benoliel récidive avec "Les Herbes folles de l’été".

Traducteur Google

French English German Italian Portuguese Russian Spanish

Qui est en ligne ?

Nous avons 135891 invités et aucun membre en ligne

Statistiques

OS
Linux d
PHP
5.3.27
MySQLi
5.1.49
Temps
13:31
Mise en cache
Désactivé
GZip
Désactivé
Visiteurs
238
Articles
76
Compteur d'affichages des articles
75732

Derniers inscrits

  • janou
  • arlette13
  • nath13
  • isabelle
  • EVELYNE BOYER
Boite à outils

David Max Benoliel nous fait parvenir l'annonce de son 2ème roman, pour le joindre :
dmben.livrearobasefree.fr
(remplacer arobase par @)

A Vaux-sur-Mer le 10 Mars 2010

Mes chers Amis,

C’est avec un plaisir certain que je vous annonce la parution de mon roman : Les Herbes folles de l’été.
Vous pourrez lire sur la page 4 de la Couverture que je vous joins

2010-03-10_dmb_les-herbes-folles-de-l-ete-couv

le résumé succinct qu’en propose l’éditeur, Les Editions Keraban (www.keraban.fr).
Le titre n’est pas celui que j’avais choisi à l’origine et qui était « L’herbe tendre ». Hélas, un autre ouvrage est paru dans l’intervalle sous ce titre. J’ai alors changé pour « Les Herbes folles », mais un film est sorti sous ce titre. Avec l’éditeur, nous avons alors opté pour « Les Herbes folles de l’été », expression qui illustre la situation de Saül, le narrateur, au moment où il se rend compte de ce que son existence est sur le point de s’effondrer.
Ceci n’a pas été le seul incident de « gestation » auquel je me suis heurté. En effet, ce roman avait été entrepris bien avant « Les Fleurs de l’automne » publié en Décembre 2007. En cours d’écriture, parvenu au-delà de la moitié, je me rendis compte que j’avais mis mon personnage dans une situation à laquelle je ne voyais aucune issue, sinon affreusement dramatique ou bêtement larmoyante. Les deux étant totalement étrangères à mon propos, je ne pus m’y résoudre et abandonnai le livre.
Or, deux années plus tard, en écrivant « Les Fleurs de l’automne », une association d’idées me fit, entrevoir une solution possible à la situation de Saül. Après avoir terminé « Les Fleurs de l’automne », je repris donc le roman antérieur, avec une clarté d’esprit suffisante pour l’achever en trois mois.
Saül est un homme insatisfait qui paraît pourtant avoir réussi en tout. Il demeure lucide vis-à-vis des autres et de lui-même. L’attachement profond qu’il a pour les siens – particulièrement pour Viviane et Morgane, ses filles jumelles – n’empêche pas une certaine distanciation. Lorsque la tristesse déferlera sur son existence, il dira calmement en lui-même, après avoir cité Apollinaire : « La mélancolie est une façon d’apprivoiser le chagrin ».
Ne vous inquiétez cependant pas ! L’histoire, si elle est parfois amère, n’est pas triste. Saül s’exprime le plus souvent avec un humour qui lui sert à tenir à distance les désagréments de l’existence. Le roman se veut positif et ouvert sur un avenir qui pourrait bien chanter. Je souligne que ce n’est pas un roman de mœurs et je ne propose pas un tableau social : je ne sais écrire que des romans d’aventure avec effets du hasard, coïncidences mirifiques et rebondissements picaresques.
J’espère que vous aurez à le lire autant de plaisir que moi à l’écrire, en suivant les entrelacs des vies de Saül, de Sonia, l’épouse parfaite, de leurs trois enfants, d’Octavia, la belle violoncelliste, de Sophie, de Paul et de leur amis.
Ne prenez pas trop de retard dans vos lectures car après les aventures de Samuel dans « Les Fleurs de l’automne » et celles de Saül dans « Les Herbes folles de l’été », je vous conterai celles de Monty et d’Agnès dans « Un Voyage d'hiver ».
Très amicalement à tous,
David Max Benoliel



Pour vous procurer le roman :
« Les Herbes folles de l’été » est un roman de 308 pages.
Il est en vente en ligne
— sur le site de « Les Editions Keraban » www.keraban.fr
— sur le site de l’imprimeur, « TheBookEdition » www.thebookedition.com
au prix de 20 Euros, frais de port par poste en sus, soit 2,97 Euros

Offre de lancement
Dans un but de promotion de l’ouvrage, il est actuellement possible de l’acquérir sans supporter les frais d’envoi en France.
Eu égard à des questions de gestion du compte auteur/éditeur, cela n’est possible que si le prix global de 20 Euros est réglé entre mes mains par chèque à mon ordre. Je passerai personnellement la commande et l’expédition sera effectuée par TheBookEdition.
Je pense que cela ne dérangera personne et même arrangera ceux qui ont des doutes sur la sécurité des achats en ligne.
Pour les frais d’envoi à l’étranger, nécessairement plus élevés, ils seront pris en charge à concurrence de 3 Euros. Merci de m’interroger pour que je puisse préciser leur montant.